Anusha, 15 ans, brûlée vive pour avoir regardé un garçon #crimes liés à l’honneur


video afpLa jeune fille a été brûlée par ses parents par peur « du déshonneur », un motif malheureusement courant dans certains villages du Pakistan. Elle est morte des suites de ses blessures, après une nuit d’agonie.

 

Sa seule faute a été d’avoir regardé un garçon. « Il est venu devant chez nous à moto. Elle s’est retournée deux fois pour le regarder. Je lui avais déjà dit de ne pas faire ça, que c’était mal. Les gens parlent déjà de nous parce que notre fille aînée agissait comme ça », a expliqué Muhammad, son père, à la BBC. L’homme a alors battu Anusha avant que Zaheen, la mère, lui lance de l’acide sur tout le corps. La jeune fille a été brûlée à 60 % et a agonisé pendant toute une nuit. Ses parents ne l’ont emmenée à l’hôpital que le lendemain parce que leur fille aînée a prévenu la police de l’agression. Mais trop tard, Anusha a succombé à ses blessures.« C’était son destin de mourir ainsi », a estimé la mère. Avant d’ajouter avoir dû marier de force la fille ainée à l’âge de 16 ans« car les gens parlaient ouvertement de ses mauvais agissements ». Muhammad et Zaheen ont été embarqués par la police et mis sous les verrous. Quelques jours après les faits, les parents regrettentleur geste. « Je regrette profondément mon geste, je m’en confesse, je n’aurais jamais dû faire une chose pareille. » déclare la mère. Le père a lui aussi tenu à faire part de ses remords : « Je ne peux plus dormir et chaque fois que je ferme mes yeux, je vois le visage brûlé de ma famille ». 
Les attaques à l’acide sont interdites par une loi dans cette région du Cachemire, depuis mars 2012. Les parents risquent la réclusion criminelle à perpétuité pour ce crime avec 14 ans minimum. Malgré cette récente loi, ce genre d’attaque est toujours pratiqué sous le nom de « crime d’honneur ». En 2011, 943 femmes en ont été victimes d’après la Commission des Droits de l’Homme pakistanaise. Selon l’ONU, environ 5000 femmes sont victimes de crimes d’honneur chaque année dans le monde.

Par Clémence Alengrin.

Source :  http://www.journaldesfemmes.com/societe/magazine/anusha-15-ans-brulee-vive-pour-avoir-regarde-un-garcon-1112.shtml?utm_source=benchmail&utm_medium=mail&utm_campaign=ML124_E10233863&f_u=25369130

Mariages forcés Norvège


Effectivement, les victimes de mariages forcés, parfois également en risque de crime d’honneur doivent se méfier de tous, comme de toutes…  

Source : VG via Islam in Europe Traduction Bivouac-id

Oslo : La police met en garde les jeunes musulmanes en fuite contre les taxis

À Oslo, les taxis constituent comme un réseau d’espionnage communautaire parallèle.

Les jeunes filles qui fuient le domicile parental pour raisons de mariages forcés ou de violences liées à l”honneur, sont parfois repérées par les chauffeurs de taxis pakistanais qui jouent le rôle d’”indics” auprès des familles.

“D’expérience nous savons que beaucoup de ces filles ont peur de prendre les taxis. Elles disent que la famille travaille dans le milieu des taxis. Si ces femmes sont vues en ville, la famille est informée”, dit Gunnar Svensson de la police d’Oslo.

Svensson est le représentant de la police dans l’équipe gouvernementale contre les mariages forcés. Il est au courant de 1500 cas ces dernières années, de jeunes femmes qui ont échappé à des mariages forcés ou à la violence liée à l’”honneur” en Norvège.

“Nous avons des exemples de filles qui ont fui la famille, et qui ont reçu un appel téléphonique de leur famille à l’étranger qui savait où elles étaient”, dit Svensson.

Dans certains cas, la police conseille à ces femmes d’éviter les taxis. “Dans les cas où ces personnes sont menacées, notre conseil est de ne pas prendre de taxi. C’est tout simplement un risque pour leur sécurité”, explique Svensson.

Une femme d’origine Dano-Pakistanaise a été tuée par balles par son frère à Slagelse en 2005 parce qu’elle avait un petit ami. La femme avait été repérée et suivie par le réseau des chauffeurs de taxi d’origine Pakistanaise.

Source : VG via Islam in Europe Traduction Bivouac-id.