Le GAMS est partenaire de l’enquête scientifique réalisée actuellement auprès des victimes de violences par l’Institut national d’études démographiques (Ined) . Vous êtes ou vous avez été victime de violences ? Répondez à l'enquête https://goo.gl/kUBk8a

Enquête sur les Violences faites aux Femmes – Merci de répondre au questionnaire !


Le GAMS est partenaire de l’enquête scientifique réalisée auprès des victimes de violences par l’Institut national d’études démographiques (Ined). L’enquête concerne toutes les personnes victimes de violences faites aux personnes (en dehors des accidents ou d’atteintes aux biens) âgées de 18 ans ou plus qui consultent les sites des associations d’aide aux victimes de violences. Elle s’intéresse aux conséquences de ces violences sur les parcours de vie et la santé des victimes quels que soient la nature des violences (verbales, psychologiques, économiques, physiques, sexuelles), leur moment de survenue (enfance, adolescence, âge adulte) et leur cadre de survenue (familial, conjugal, professionnel, scolaire, ou des études). Cette enquête aidera à la mise en place de politiques publiques en matière de protection et de santé.

Toutes les situations doivent être prises en compte pour refléter la diversité des situations des victimes de violences faites aux femmes, et ce même, pour les violences spécifiques, comme les mutilations sexuelles féminines et/ou les mariages forcés. Pour la richesse et la qualité des résultats, la participation de toutes les victimes est donc importante.

Si vous-même vous n’êtes heureusement pas victime, mais que vous connaissez des victimes, n’hésitez pas à relayer l’enquête. De même, si vous êtes une association qui accueille des femmes victimes de violences, partagez et relayez le questionnaire !

Pour participer à cette enquête, rendez-vous sur le site www.ined-victimes.fr. Ce site vous permet d’accéder au questionnaire, et contient des informations supplémentaires sur l’enquête : thèmes abordés, confidentialité, équipes de recherche…

D’avance, merci !

Victimes de violences ? Enquête Modes de vie, santé et sécurité


L’Institut national d’études démographiques (Ined) réalise actuellement une étude sur les modes de vie, la santé et les situations d’insécurité en France
Vous avez subi des violences ? Cette enquête vous concerne.
Cette enquête s’intéresse aux conséquences des violences faites aux personnes sur les parcours de vie et la santé des victimes quels que soient la nature des violences (verbales, psychologiques, économiques, physiques, sexuelles), leur moment de survenue (enfance, adolescence, âge adulte) et leur cadre de survenue (familial, conjugal, professionnel, scolaire, ou des études). Cette enquête aidera à la mise en place de politiques publiques en matière de protection et de santé.
Les informations collectées sont confidentielles et anonymes. Elles permettront d’établir des statistiques.
Le questionnaire dure 50 minutes en moyenne. Vous pouvez interrompre et reprendre le questionnaire quand vous voulez.
Cette enquête de l’Ined est reconnue d´intérêt général par le Conseil national de l´information statistique (CNIS) et a reçu l’autorisation de la Commission nationale informatique et libertés (CNIL).

Pour répondre au questionnaire : Enquête INED Victimes

Se donner les moyens de l’égalité


A l’occasion de la journée des violences faites aux femmes, plusieurs associations œuvrant pour les droits des femmes (1) tirent la sonnette d’alarme et interpellent les pouvoirs publics sur le financement en berne de leurs structures. Elles lancent aussi un appel aux dons à tou-te-s les citoyen-nes  :  « Donner c’est agir. C’est aussi poser un acte politique. »   

 

Comme chaque année, ce 25 novembre, nous nous mobilisons pour l’élimination des violences faites aux femmes. Les condamnations politiques, de gauche comme de droite, sont unanimes. Pendant ce temps, les femmes continuent à subir des violences sexistes dans la sphère publique et surtout dans la sphère privée. En France, tous les deux jours et demi une femme meurt sous les coups de son conjoint, ou ex-compagnon. Toutes les 4 minutes une femme est violée par un homme. Cet homme est souvent un proche, un parent ou un ami. Mais cela peut aussi être une agression dans la rue, au travail, ou dans un lieu festif.

Nous voyons les inégalités se reconfigurer. Nous observons les violences stagner à un niveau intolérable. Nous constatons avec effroi les obscurantismes progresser. Il n’existe pas de cercle vertueux qui mènerait automatiquement vers l’égalité : cela reste un combat à gagner. Certains voudraient se résigner, faire de la violence machiste une violence banale, inéluctable, résultat d’une domination inébranlable. Comme si rien ne pouvait être fait.

Pourtant, nous faisons la preuve au quotidien que des solutions existent pour éliminer ces violences. Chaque jour, nous intervenons  auprès des plus jeunes, pour sensibiliser et prévenir de futures violences. Nous écoutons (2), accompagnons, hébergeons, et mettons en sécurité des femmes victimes de violences dans une des 65 associations du réseau Solidarité Femmes ou au FIT-une femme un toit. Nous défendons les victimes de violences sexuelles au travail au sein de l’AVFT. Nous aidons les femmes à échapper aux mariages forcés et aux mutilations sexuelles grâce au GAMS. Nous sommes aux côtés des femmes victimes de viol pour les aider à surmonter le traumatisme du viol et faire valoir leurs droits (3) au sein du CFCV… Et ce ne sont qu’une poignée d’exemples.

Nous œuvrons contre les violences faites aux femmes et nous tirons la sonnette d’alarme :où est l’argent pour les droits des femmes ?

Alors qu’on nous répète que l’égalité femmes-hommes est au cœur des valeurs de notre société, c’est pourtant le secteur le moins financé. La majorité des associations est appuyée par les collectivités territoriales, aux budgets en berne voire en baisse. Le secrétariat d’Etat aux droits des femmes fait pâle figure : les députés-es viennent de lui accorder 0,006% du budget de l’Etat, soit le plus petit du gouvernement. Si on ne nous donne pas les moyens, nous ne pourrons parvenir à éradiquer ces violences. Nous avons besoin de développer nos lieux d’écoute et d’accueil, de nouveaux centres d’hébergement spécialisées pour les femmes victimes de violences, de poursuivre les actions de défense, de sensibilisation et de plaidoyer…

C’est pourquoi aujourd’hui nous lançons un appel à tou-te-s les citoyen-nes. Donner c’est agir. C’est aussi poser un acte politique. Toutes les grandes causes ont prospéré grâce au soutien de chacune et de chacun. La générosité publique a joué un rôle essentiel dans le recul de certaines maladies, et a déclenché une prise de conscience chez nos politiques sur la nécessité d’investissements importants. Nous nous en félicitons et c’est dans le même état d’esprit que nous appelons mécènes, chef-fes d’entreprises, artistes, citoyen-nes, politiques, à choisir aussi la cause des femmes. Donnons-nous les moyens d’atteindre l’égalité.Bâtissons la Fondation des Femmes.

 

 

(1) L’Association contre les Violences faites aux femmes au Travail (AVFT),  Françoise Brié de la FNSF (Fédération Nationale Solidarités Femmes), Marie Cervetti du FIT-Une femme un toit, Isabelle Gillette-Faye de la Fédération GAMS (Groupe d’Actions contre les Mutilations Sexuelles), Emmanuelle Piet du CFCV (Collectif Féministe Contre le Viol).

(2) Plateforme nationale d’écoute 3919-Violences Femmes Info

(3) Plateforme Viols-Femmes-Informations 0 800 05 95 95

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Source : Mediapart

A l’occasion du 6 février 2015, journée internationale de lutte contre les mutilations sexuelles féminines !


A l’occasion du 6 février 2015, journée internationale de lutte contre l’excision :

Paris et Région Parisienne :

Le 4 février, par Excision, parlons-en et ses partenaires, Rencontre-Débat « Prévention de l’excision en France : défis et réponses », avec signature Sébastien DENAJA, député 7ème circonscription de l’Hérault et Catherine COUTELLE, Députée de la 2ème circonscription de la Vienne, Présidente Délégation aux Droits des Femmes de la Charte Excision, parlons-en. Plus d’informations : http://www.excisionparlonsen.org/agenda/

Le 5 février, par l’association Marche en Corps, avec la Fédération nationale GAMS et l’Unité de soins aux femmes excisées de Saint-Denis, de 12 h 00 à 14 h 00, réunion sur les violences faites aux femmes et les Mutilations Sexuelles Féminines, organisée par la Ville de la Courneuve, Maison de la Citoyenneté, 33 avenue Gabriel Péri, LA COURNEUVE (93).

Le 6 février, par Femmes Solidaires et ses partenaires, la projection du documentaire « Kimbidalé », réalisé et écrit par Emmanuelle Labeau, Auditorium Hôtel de Ville de Paris, réservation obligatoire femmes.solidaires@wanadoo.fr Toutes les informations sur le site de Femmes Solidaires http://www.femmes-solidaires.org/?6-fevrier-journee-internationale

Le 6 février, par Espoir et combat de femmes et ses partenaires, #Non a l’Excision, rassemblement, Place des Innocents, à Paris, à 18 h 00. Evènement Facebook https://www.facebook.com/events/1530077823925083/

Le 7 février,  par la Fédération nationale GAMS et ses partenaires , »L’excision en dehors du continent africain », Mairie du 20ème, à Paris, à 14 h 00. Evènement Facebook https://www.facebook.com/events/1585674358334174/

Le 9 février, par l’association Entraide et Espoir et ses partenaires, « Les méfaits de l’excision et les défis de l’abandon », Mairie du 19ème, Salle du Conseil, Place Armand Carrel, à 14 h 30.

Lyon et Région Rhône-Alpes

Le 6 février, par le GAMS Rhône-Alpes, Projection du film documentaire « Noires Douleurs », suivi d’un récit et d’un débat, à l’Espace PESTOURIE, Salle Magnolia, Square Grima, 69500 BRON.  Contact, renseignements pour les projections, la chargée d’accueil GAMS Rhône-Alpes au 04 72 61 13 11 ou Albertine Pabingui, Coordinatrice, au 06 59 51 05 05

Marseille et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Le 6 février,  dans le cadre de la journée internationale contre l’excision, l’Union des Femmes du Monde Noir-GAMS PACA-Sud, la Coordination Marche Mondiale des Femmes des Bouches-du-Rhône et les partenaires associés vous invitent 13h30 – Accueil, café solidaire, visite des stands…; 14h – Allocutions ; 14h15 : Projection du film « Femmes assises sous le couteau » avec la réalisatrice Laurence Petit-Jouvet ; 14h50 – Table-ronde : présentation de l’UFM-Gams-Sud et son action contre l’excision ; intervention de l’équipe du Pr Agostini du service gynécologique de l’hôpital de la conception et témoignages des partenaires ; 15h – Pause 15h30 – Exposé et témoignages de la Coordination MMF PACA – Échanges et débats avec la salle ; 16h15 – Animation musical

Reims et Région Champagne-Ardenne

Le 12 février, dans le cadre de la journée internationale contre les mutilations sexuelles féminines, le GAMS Champagne-Ardenne, avec la participation de l’école de sages-femmes du CHU de Reims, organise une soirée de sensibilisation et d’échanges sur cette thématique, le jeudi 12 février 2015, à 20 h 00, Amphithéâtre 3, Rez-de-Chaussée de l’Institut Régional de Formation, Hôpital Maison Blanche, 45 rue Cognacq-Jay, 51100 REIMS, Contact Sophie SOUMARE, Directrice GAMS Champagne-Ardenne, 06.32.22.79.99.

Pour tout le monde ! 

« Non à l’excision » : le message est lancé.

Le logo est disponible ci-dessous. Facile à reproduire, copier-coller et vous faire photographier, vous pouvez donc le faire vous-même, chez vous.
Dans tous les cas, nous vous invitons à vous faire photographier avec cette image et à la poster sur les réseaux sociaux accompagnée de la mention ‪#‎nonalexcision‬ afin d’apporter votre soutien dans la lutte nécessaire contre les mutilations sexuelles féminines Ici, et là-bas.

Merci à vous tous de jouer le jeu à l’unisson. Non à l'excision

#Non à l’excision


Non à l'excision

A l’occasion de la Journée internationale contre les mutilations sexuelles féminines (MSF), Hélène BIDARD, adjointe à la Maire de Paris, en charge l’égalité femmes hommes, de la lutte contre les discriminations et des droits de l’Homme, se joint aux associations mobilisées :

Fédération nationale GAMS, Femmes Solidaires, Mobilisation Excision Parlons-en, Osez le féminisme, avec leurs partenaires : CAMS (Commission pour l’abolition des mutilations sexuelles), Clef (Coordination pour le Lobby Européen des Femmes), Entraide et espoir, Equilibres & Populations, Espoir et combats de femmes, Fédération nationale Solidarité Femmes, Institut en Santé Génésique, LAS (Liberté d’Agir Scolaire), Maliens de Montreuil, Marche en Corps, Marche mondiale des femmes, OMEGA (Organisation des mères et enfants de Guinée et d’Afrique), Planning familial, Regards de Femmes, Voix d’elles rebelles, Voix de femmes, SOS Africaines en danger, SOS Racisme.

Pour dire, «#Non à l’excision ! »,  les 6 & 7 février 2015, à Paris !

Découvrez et partagez le Programme des différents événements :

Nonalexcison-communication-6&7fév2015

Agenda 2015, au bénéfice du GAMS !


Agenda 2015 GAMSVous n’aviez pas d’Agenda 2015 ? Vous recherchiez des idées de cadeau pour Noël ?
Achetez l’agenda 2015 de http://labeautedupartage.com/ qui soutient la http://www.federationgams.org/.

Vous pouvez vous procurer l’agenda en cliquant sur le lien ci-dessous.

On espère qu’il rencontrera un joli succès ! Nous comptons sur vous !

N’hésitez pas à partager un maximum ce statut pour le GAMS, merci!

http://labeautedupartage.com/preventes/