Film Mariage forcé #Cameroun


 

La cinesate a choisi le cinema pour decrier les egarements de l’humanité

nat-1.jpg

C‘est pratiquement en 1980 que la scenariste Nathalie Therese voit le jour dans la ville de Douala. Mariée à Seppo Eboue, apres son cycle secondaire dans l’ouest cameroun, la jeune femme éprise de l’art de l’ecriture cinematographique, a eu la chance d’explorer pendant son adolescence les grandes regions du cameroun dont les vertus artistiques et touristiques  ne sont plus à decrire. Magba, Foumbot , Bankim , Banyo et c’est à Douala ville cosmopolite de forte reputation economique au cameroun qu’elle recoit son probatoire A espagnol. Mais sa jeunesse ne fut pas un long fleuve tranquille car c’est à Banyo qu’elle fut confrontée à une histoire de mariage forcé . C’est avec beaucoup de traumatisme qu’elle fut temoin de ce phenomene qui a revolté et detruit plusieurs jeunes filles en Afrique et plus precisement au Cameroun . Pour decrier cette pratique qui consiste à mariér des jeunes filles contre leurs grés  Nathalie Theree a voulu par les photogrammes de ce long metrage DIMBAMBE le condamner en mettant sur scene des acteurs professionnels qui incarneront ave brio ces scenes.

dimbambe-tof-1.jpg

Aujourd’hui investie  dans l’ecriture cinematographique ce long metrage DIMBAMBE a de forte chance de retenir l’attention des cinephiles et de participer au debat mondial sur les droits de la femme et de la jeune fille. DIBAMBE est pour Nathalie Therese une contribution afin à cette plate forme où l’avis de la femme artiste est très attendu. via http://www.camermedias.com/blog/dimbambe-ou-le-revers-du-mariage-force.html