Sur la route, les femmes migrantes plus vulnérables face aux violences


Sur la route, les femmes migrantes plus vulnérables face aux violences

Sans Compromis

Ce sont toujours les femmes et les fillettes qui payent le plus, souvent dans leurs chairs, pour la guerre des hommes.

Un article du monde sur le quotidien des migrantes qui cumulent les violences de la migration et les violences de genre.

Les femmes ne sont pas plus vulnérables mais elles sont davantage violentées !

4787829_6_3672_une-femme-tient-son-enfant-en-arrivant-a_3b10ba4015d9cdd57a4cd39747c325e0

lemonde.fr, Le Monde | 12.10.2015

Pour connaître l’histoire d’Asma, il aura fallu trois personnes et un téléphone. Asma a 18 ans. Son fils, Zakaria, est né en Syrie il y a à peine deux mois. Ils ont tenté de traverser la mer Egée, depuis une plage turque, mais le bateau pneumatique s’est renversé à quelques mètres de la côte. Elle raconte sa mésaventure en arabe, la bouche collée au téléphone que lui tient son compagnon. Une application installée sur l’appareil permet de traduire sa voix en turc. Ne manque plus qu’à trouver un Turc anglophone…

View original post 1 742 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s