Les Mutilations Sexuelles Féminines, un fléau iranien, aussi


« La MGF [Mutilation Génitale Féminine] est pratiquée en Iran, pour réduire le désir des jeunes filles avant le mariage »

La première étude sur la mutilation génitale féminine en Iran montre que la pratique est effectuée dans au moins quatre grandes provinces tandis que les officiels gardent le silence sur la question, rapporte le quotidien britannique The Guardian vendredi.

Selon les recherches de l’anthropologue social Kameel Ahmady publiées jeudi, la mutilation génitale féminine est plus répandue dans la province méridionale de Hormozgan et ses îles voisines (Qeshm et Hormuz) que dans les autres parties du pays.

« La MGF est pratiquée en Iran, pour réduire le désir des jeunes filles avant le mariage; dans certains cas pour préserver leur chasteté « , a déclaré Ahmady. « L’attitude des officiels et des autorités consiste à nier l’existance de la MGF en Iran. La population iranienne est également majoritairement ignorante à ce sujet ».

Sur une période de 10 ans, Ahmady a rencontré près de 3000 iraniennes qui ont subi des mutilations génitales, ainsi que 1.000 hommes. Sa recherche a été publiée le 4 juin, une date qui correspond à la Journée internationale des enfants innocents, victimes d’agression.

« Je suis retourné en Iran en 2005 pour enquêter sur les MGF et j’ai été choqué de découvrir que c’est arrivé à des membres de ma propre famille » a t-il déclaré.

La mutilation génitale féminine, qui a touché des millions de petites filles et de jeunes femmes vivant dans le monde entier, est antérieure à l’Islam et au Christianisme. Elle a été pratiquée dans de nombreuses cultures et sociétés: les coptes et les chrétiens en Érythrée et en Éthiopie, les Beta Israël, les tribus aborigènes australiens et dans certaines sociétés du Moyen-Orient et d’Asie.

La MGF est généralement pratiquée sur les filles âgées de 4 à 12 ans et peut inclure l’ablation totale ou partielle des parties externes de l’appareil génital.

En Iran, la pratique, dénommée Khatne ou Sonat, est habituellement effectuée en dehors de l’hôpital, sans anesthésie, par des sages-femmes amateurs, au moyen de rasoirs tranchants.

« Dans les régions où l’on pratique des MGF, malheureusement, ce sont souvent les mères qui insistent pour que leurs filles se fassent « opérer »‘ a déclaré Mehrangiz Kar, un avocat iranien des droits de l’homme.

« Quand les gens en Iran ont appris pour la première fois, il y a sept ou huit ans, que les femmes se faisaient mutiler, ce fut un choc culturel », a affirmé Rayehe Mozafarian, une écrivaine qui a publié un livre sur la question.

Elle avoue avoir contacté le vice-président iranien en charge des affaires féminines, Shahindokht Molaverdi, qui a entendu sa proposition de campagne nationale visant à mettre fin aux MGF.

« La majorité des femmes mutilées à qui j’ai parlé, défendaient les MGF, en disant que c’est une tradition qui existe depuis de nombreuses années », a déclaré Ahmady. « Certaines mamans sunnites se vantaient même que leurs filles soient plus vertueuses que la majorité des filles chiites parce qu’elles avaient été mutilées. »a t-il ajouté.

Source : http://www.i24news.tv/fr/actu/international/moyen-orient/73825-150605-iran-les-mutilations-genitales-feminines-etude

Une réflexion sur “Les Mutilations Sexuelles Féminines, un fléau iranien, aussi

  1. A reblogué ceci sur tangakamanuet a ajouté:
    « La MGF est pratiquée en Iran, pour réduire le désir des jeunes filles avant le mariage; dans certains cas pour préserver leur chasteté, a déclaré Ahmady. L’attitude des officiels et des autorités consiste à nier l’existance de la MGF en Iran. La population iranienne est également majoritairement ignorante à ce sujet ».
    La mutilation génitale féminine, qui a touché des millions de petites filles et de jeunes femmes vivant dans le monde entier, est antérieure à l’Islam et au Christianisme. Elle a été pratiquée dans de nombreuses cultures et sociétés: les coptes et les chrétiens en Érythrée et en Éthiopie, les Beta Israël, les tribus aborigènes australiens et dans certaines sociétés du Moyen-Orient et d’Asie.
    « Ce sont souvent les mères qui insistent pour que leurs filles se fassent « opérer » !», a déclaré Mehrangiz Kar, un avocat iranien des Droits Humains.
    « Quand les gens en Iran ont appris pour la première fois, il y a sept ou huit ans, que les femmes se faisaient mutiler, ce fut un choc culturel ! », a affirmé Rayehe Mozafarian, une écrivaine qui a publié un livre sur la question.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s