Le Défenseur des Droits se mobilise contre l’excision et les mariages forcés


INFO RTL – Le Défenseur des droits va sensibiliser la police et les médecins aux cas des jeunes filles excisées ou mariées de force dans leur pays d’origine durant les vacances.

Une manifestation contre l'excision, au Mali, en 2008.
Une manifestation contre l’excision, au Mali, en 2008.

L’été, un moment « propice » à ces pratiques

« À l’approche des vacances, écrit le Défenseur, le retour de certaines jeunes filles vers leur pays d’origine constitue un moment propice à ces pratiques, avec l’accord ou non de la famille. »

Afin de détecter les jeunes françaises qui partent contre leur gré, le Défenseur va sensibiliser les milliers de policiers de la PAF (Police de l’air et des Frontières) et diffuser une brochure auprès des médecins des Centres de vaccinations internationaux (Pasteur etc…).

Si un soupçon de départ forcé est décelé, ils devront joindre les policiers des services spécialisés ou Allo enfance en danger.

Des signes à détecter au moment du départ

Dans les coursives de l’aéroport d’Orly, les 450 hommes de la police aux frontières peuvent détecter ces mineurs en danger.

Le contrôleur général, Pierre Henri Dijon, souligne l’importance du moindre signe de tension, comme « une dispute » ou « un refus d’embarquer ».

« Au niveau du passage à la frontière, les policiers sont formés pour réagir à toute personne nerveuse et auquel cas ils vont interroger la jeune femme, explique-t-il à RTL, on a trois ou quatre cas par an de mariage forcé. »

La médecine du voyage en première ligne

Le défenseur des Droits mobilise aussi les centres de vaccinations. Car tous les jeunes français d’origine étrangère y passent avant leurs vacances au pays.

« On peut être confronté à des situations où on sent que des jeunes filles, qui peuvent être très jeunes, 7 ou 8 ans , sont tristes et réservées. Là, on essaie de parler et de discuter, car c’est extrêmement difficile à verbaliser pour ces jeunes filles », explique le professeur Olivier Bichaud, qui préside la société de médecine du voyage.

Une sensibilisation essentielle

Pour le médecin, la campagne de sensibilisation est essentielle. « Beaucoup de médecins ou d’infirmières du voyage ne sont pas conscients car on a le sentiment que c’est quelque chose d’un autre temps, alors que c’est encore une réalité », affirme-t-il.

Le professeur enjoint docteurs et infirmières à contacter les services de police quand le risque d’excision semble avéré.

Chaque année, plusieurs dizaines de jeunes voire très jeunes françaises sont mariées de force ou excisées lors de vacances « au pays », selon le Collectif « excision parlons-en ». Le Mali, la Guinée, le Maghreb et le Proche-Orient sont les premiers pays concernés.

Bernard Poirette
Le défenseur des droits mobilise contre l’excision et les mariages forcésCrédit : Thomas ProuteauTélécharger

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s