L’été de tous les dangers pour les ados étrangères ou issues des immigrations. Exemple Suisse


Beaucoup de jeunes filles d’origine étrangère redoutent la période des vacances d’été. Un retour au pays natal s’accompagne parfois par un mariage forcé. La loi qui poursuit cette pratique est entrée en vigueur ce lundi.

Un prêtre bénit un mariage au Sri Lanka en versant de l'eau sacrée afin de célébrer leur union.

Un prêtre bénit un mariage au Sri Lanka en versant de l’eau sacrée afin de célébrer leur union.
Image: AFP

Les histoires se ressemblent souvent. Elmedina, d’origine kosovare, a été forcée d’épouser un inconnu sous la menace de son oncle au pays. Son propre père l’avait également menacée de mort si elle refusait. «Mon père m’a forcée à aller au Kosovo. J’espère que la Suisse ne reconnaîtra pas ce mariage», explique-t-elle dans le Tages-Anzeiger de lundi.

Sinthuja, d’origine tamoule, a connu les mêmes déboires: un père qui insiste pour passer les vacances au Sri-Lanka afin de lui présenter un homme. La jeune fille a rompu tout contact avec sa famille, comme l’explique lundi le Blick. De tels drames tomberont désormais sous le coup de la loi qui annule et poursuit d’office les mariages forcés. Le texte est entré en vigueur ce lundi.

400 cas par an

L’avocate Yvonne Meier à Baden salue ce tour de vis, alors que les mariages forcés représentent officiellement au moins 400 cas par an en Suisse, selon une étude de l’Université de Neuchâtel réalisée pour le compte de l’Office fédéral des migrations (ODM).

«Auparavant, j’aurais dû dire que ma cliente avait été sérieusement menacée en Suisse pour son mariage soit invalidé.» Désormais il suffit de dire qu’elle n’était pas consentante. Les peines pour les proches qui imposent le mariage ont été alourdies à cinq ans de prison, contre trois précédemment.

Ce phénomène ne touche pas qu’une culture ou une religion. «C’est surtout la structure sociale patriarcale qui prédomine à des degrés divers partout dans le monde», souligne Melanie Martin au bureau de la ville de Zurich pour l’égalité. La cité de Zwingli enregistre chaque année entre 10 et 15 cas de mariages forcés.

Délicat pour l’Etat civil

Les garçons ne sont pas épargnés, bien que les filles en soient les principales victimes. «Ces jeunes indiquent à l’école qu’ils redoutent les vacances d’été car ils craignent de revenir mariés en Suisse», ajoute Melanie Martin qui veut mettre en avant les changements de la loi dans les écoles et les apprentissages. Comme le fait que les mariages forcés conclus à l’étranger sont condamnables en Suisse.

Elle regrette simplement que la loi ne démarre qu’au niveau de l’Etat civil, quand c’est déjà trop tard. «Tout est déjà manigancé, les parents y veillent et les enfants sont sous contrôle», regrette-t-elle.

La pression se déplace sur les officiers d’Etat civil qui doivent dénoncer de telles unions en cas de doute manifeste. Une tâche délicate envers les jeunes gens qui peuvent se retrouver exclus de leur famille le cas échéant. «Ce n’est pas parce qu’un couple est nerveux ou que le père est présent qu’il y a automatiquement mariage forcé», souligne Roland Peterhans, directeur de l’Office de l’Etat civil de Zurich.(Newsnet)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s